Partir en Australie avec un WHV

e6671d9246c7d0da7147aa63599d6df7

Deux petites semaines qui séparent le train train quotidien du saut vers l’inconnu de l’autre côté de la planète, en Australie.  L’envie de partir découvrir de nouveaux horizons et de prendre un peu le large. Je n’ai pas vraiment encore idée de quoi sera fait demain mais j’ai déjà la chance d’avoir une très bonne amie qui est à Melbourne depuis bientôt 6 mois donc je serai pas toute seule. On a d’ailleurs décidé de partir deux semaines à Bali le 22 janvier, avant de poser nos valises à Melbourne. C’est un mélange entre l’excitation des jours qui filent viteet la peur de l’inconnu.

Je me suis dis que ça pouvait en intéresser certains de partir là bas faire un break donc je vous ai fait un récapitulatif des chose à faire avant de partir. Je mettrai la liste à jour au fil du temps 😉

1 -Prendre son visa :

Pour ma part j’ai pris le Working Holidays Visa, qui me permet de rester 1 an en Australie tout en travaillant. Prendre son PVT est très simple, vous avez un tuto juste ici qui vous explique tout de A à Z. Vous avez votre visa sous quelques jours à peine, c’est très rapide.

Pour le prix, comptez environ 440 dollars australien soit environ 300euros.

2 – Les billets d’avion

En ce qui nous concerne, nous avons voulu privilégier le confort pour partir. C’est un long voyage et nous ne voulions pas multiplier les escales. Nous avons donc choisi de partir avec Emirates à Bali. Nous avons simplement une escale à Dubaï. Puis nous voyagons avec Jet Star pour le vol Bali-Melbourne.

A votre départ, vous êtes censé détenir suffisamment d’économies pour subvenir à vos besoins lors de votre voyage – une somme de AU$5000, soit 3 500 € au taux de change actuel. Personne ne vous demande quoi que ce soit comme justificatif mais il vaut mieux être prévoyant.

3 – Conduire en Australie : le permis international

Pour conduire en Australie, il est obligatoire d’avoir un permis international. Pour cela vous devez faire la demande avant de partir. Ce n’est pas compliqué, vous avez à remplir un formulaire disponible sur ce site puis à l’envoyer ou de le déposer dans votre préfecture ou sous-préfecture.

En région Rhône-Alpes tout se fait par internet. C’est très rapide, j’ai reçu mon permis en moins d’une semaine.

4 – Choisir son assurance 

Pour partir en Australie, il est obligatoire de souscrire de une assurance. Le choix n’est vraiment pas facile, j’ai mis pas mal de temps à me décider. J’ai finalement opté pour l’assurance ASFE qui me paraît très complète. Je vous dirai ce que j’en pense, en espérant ne pas en avoir besoin là bas 😉

5 – Les vaccins

Pour l’Australie pas besoin de grand vaccin, assurez-vous simplement que vous êtes à jours dans vos rappels de vaccination (DTP, hépatite B). Pour les filles, pensez à demander à votre médecin une ordonnance pour votre pilule sur toute l’année et à emporter toutes vos plaquettes avec vous. Je reviendrai plus tard sur la trousse de secours à emporter.

6 – Préparer son CV

Vous pouvez préparer votre CV à l’avance avant le départ. Comme ça vous pouvez déjà les emporter imprimés. Si vous voulez travailler dans le « fruitpicking » vous n’aurez pas besoin de CV la plupart du temps, mais pour le reste il sera essentiel. Les CV australiens sont différents de ce que l’on fait habituellement en France. Dans un premier temps il faut éviter d’indiquer trop d’informations personnelles et il n’est pas nécessaire de mettre une photo d’identité. N’indiquez pas non plus que vous êtes en Working Holidays visa, cela pourrait vous fermer des portes. Pour ma part je me suis aidée de ces exemples, je vous dirai si cela a fonctionné en arrivant 😉

7 – Ouvrir un compte WestPac

Avant de partir, il est possible d’ouvrir un compte bancaire chez Westpac depuis la France. Vous pouvez ouvrir un compte 3 mois avant votre départ. Tout se fait en ligne, vous avez les informations sur ce site qui est très complet. Ensuite pour le transfert d’argent, j’ai utilisé TransferWise pour ma part. Les frais de transfert sont vraiment corrects comparés aux banques. Vous ne trouverez pas mieux. Vous pouvez bénéficier d’ailleurs d’un code promo juste ici.

8 – A ne pas oublier avant de partir 

Pensez à votre déclaration d’impôt à venir. Généralement vous pouvez la faire en avance, en imprimant tous les papiers. Comme ça, mes parents n’auront plus qu’à l’envoyer pour moi.

J’ai également fait une procuration à la poste ainsi qu’à ma banque française pour que mon père puisse y avoir accès pendant mon voyage.

9 – A l’arrivée

  • Numero TFN (Tax File Number)

Pour pouvoir travailler sur place, il vous faudra un numéro TFN qui vous permet de vous identifier auprès du service des impôts australien.  Il est essentiel pour travailler, non seulement d’un point de vue légal, mais également d’un point de vue pragmatique : sans TFN, vous écoperez automatiquement du taux d’imposition maximal de 47%, habituellement réservé aux personnes qui ont un salaire élevé. Avec le TFN, votre taux d’imposition s’accordera à vos revenus.

Vous ne pouvez pas faire cette demande avant d’être arrivé sur le territoire australien car il vous faudra une adresse où on vous enverra des papiers.

Une fois que vous avez reçu ce numéro TFN, transmettez-le à votre employeur, ainsi qu’à votre banque australienne, ceci afin que les intérêts engrangés sur votre compte épargne ne soient pas trop imposés.

Pour plus de renseignements, vous pouvez vous rendre ici. Le site est très complet.

  • Ligne téléphonique

Avant de partir n’oubliez pas de débloquer votre téléphone, sans cela, vous ne pourrez pas l’utiliser sur place. Telestra est le premier opérateur Australien qui s’apparente à notre Orange français. Si Telstra est l’un des plus chers du marché, c’est aussi celui qui bénéficie de la meilleure couverture réseau du pays. On me l’a beaucoup conseillé, donc je pense opter pour cet opérateur à l’arrivée.

  • Le statut d’auto-entrepreneur 

Etant donné que j’étais en statut d’auto entrepreneur en France, je me suis renseignée pour voir sur place comment je pourrai facturer si besoin, des services. Vous ne pouvez utiliser votre statut d’auto-entrepreneur français, il vous faudra rouvrir un statut sur place. L’avantage, c’est qu’il est possible d’ouvrir un statut d’auto-entrepreneur même en ayant un Working Holidays Visa.

L’équivalence de ce statut c’est le ABN (Australian Business Number). Je vais me renseigner une fois sur place pour voir si cela est nécessaire ou pas.

C’est ici que se termine le premier article sur cette nouvelle aventure. Je vous tiendrai au courant de la suite, et mettrai à jour tout cela en fonction de mes différentes expériences ! A très vite  Xx

photo  : Pinterest

signature-megandcook

4 Comments

  1. Tiffany Kempf 9 janvier 2017

    C’est un de mes rêves de partir en Australie 🙂 J’aimerais y habiter là-bas plus tard 🙂

    Répondre
    • Mégane Arderighi 9 janvier 2017

      Je te souhaite de le réaliser ! En attendant j’espère vous faire voyager un peu 🙂
      Très belle soirée

      Répondre
  2. Thenaisy 11 janvier 2017

    Ouah qu’elle aventure tu vas vivre ! Je te souhaite plein de belles choses . Ce juste une année ou plus peut être ? Bisou

    Répondre
    • Mégane Arderighi 12 janvier 2017

      Merci beaucoup Veronique ! J’ai hâte de cette nouvelle aventure, c’est une page totalement blanche qui s’écrit . A très bientôt

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *